• Tom

Quick et Burger King c'est fini, l'enseigne se cherche un nouveau mari



Avis aux investisseurs, Quick cherche un repreneur.


L'ennemi juré de Mcdo a connu bien des tracas ces dernières années.

Crée en 1971, la chaine de fast-food d'origine belge a souvent été perçue comme une pâle copie du géant américain. La marque s'est largement inspirée de ce qui faisait le succès de Mcdo pour créer son offre et ancrer son positionnement bon marché sur le territoire français. En l'absence de réelle concurrence, Quick est arrivé à imposer son Giant et son Quick'n'toast comme des alternatives crédibles au fil du temps.

Comptant jusqu'à 360 restaurants sur notre territoire, l'enseigne a été mise à mal par une armada de concurrents aux dents acérées.

Le retour de Burger King en France en 2013 a sonné le glas pour Quick, encore affaibli par l'accident du restaurant d'Avignon. L'enseigne en pleine tourmente peinait à retrouver sa place sur un marché en plein chamboulement.

Le roi du Whooper a englouti Quick en 2017 afin d'accélérer son développement en France. BK s'est approprié la majorité des emplacements stratégiques, laissant Quick dans le plus grand désarrois.

Tony Parker a bien tenté de pousser la chansonnette pour attirer le chaland mais tout le monde le sait, le roquefort dans un hamburger, ça n'a jamais été une bonne idée.



Un divorce douloureux


Le groupe Bertrand, à la tête de Burger King France, a fait part en ce début d'année de son intention de finaliser la cession de Quick sur le territoire français. Cette étape avait été planifiée lors du rachat et a pris un peu plus de temps que prévu à cause du Covid.

Une trentaine de points de vente devraient passer sous pavillon BK avant la cession finale qui avoisinerait les 70 restaurants. Ces derniers ont plutôt bien résister à la crise:

«Le périmètre à céder a connu une croissance de son chiffre d’affaires à périmètre comparable en 2020, souligne Jérôme Tafani, le responsable du pôle Burger King France/Quick France de Groupe Bertrand

Quick a malgré tout vu son parc se réduire comme peau de chagrin au cours de ces 5 dernières années. Dans ce contexte, il est plus dur d'obtenir des budgets marketing pour lancer des nouveautés et de la pub pour les faire connaitre. L'enseigne n'a peut être plus les moyen de faire appel à Cauet ou Anelka pour créer des burgers signatures mais elle n'a pas pour autant baisser les bras.

Le réseau affiche aujourd'hui un résultat de 200 millions d'euros et a choisi un positionnement original. Plutôt que de se lancer dans le Burger premium comme Mcdo avec ses signatures ou jouer la carte du burger à l'américaine comme Five Guys, Quick a préféré opter pour le 100% halal. L'enseigne avait déjà commencé une expérimentation en 2010, s'attirant les foudres du FN.

La marque insiste sur le fait qu'elle reste laïque. Elle a juste choisit de vendre des produits à base de proteines halal. Stratégie de différenciation, opportunisme ou communautarisme?

Quick a choisi une ligne de conduite radicale qui peut déplaire. A l'heure où des restaurants se spécialisent dans le bio ou le sans gluten, Quick a fait un choix payant qui s'inscrit dans la tendance des chaines de fast-food de Tacos qui cartonnent.



Une mariée très courtisée


La banque d'affaires Lazard a été mandatée pour s'occuper de la vente qui suscite d'ores et déjà de vifs intérêts auprès d'investisseurs français et étrangers.

Trois noms reviennent de façon récurrente:

-Investcorp: c'est un fonds d'investissement basé au Bahreïn. Il est actionnaire du premier producteur turque de viandes rouges transformées et de hamburgers surgelés Namet.

-Perwyn: le groupe anglais possède un portefeuille de marques innovantes très variées. Il est notamment propriétaire de Isa Délice, leader sur le marché du halal en France.

-Kharis Capital: c'est sûrement le candidat le plus logique à nos yeux. Le fonds d'investissement belge détient déjà dans son portefeuille le réseau Quick du Benelux et la chaine au succès démesuré O'Tacos. C'est aussi lui qui s'occupe de Burger King dans plusieurs pays d'Europe dont l'Italie et la Pologne.




Quick va donc changer de propriétaire encore une fois dans les prochains mois. L'enseigne devrait rester sur con créneau du halal et continuer à afficher des prix accessibles.

Avec 70 restaurants, Quick occupera la troisième place des chaines de Burgers derrière Mcdo et BK. Gare à Big Fernand et Five Guys, les nouveaux cadors du Burger en France qui ont de grandes ambitions.


En Belgique, c'est une toute autre histoire qui se trame. Les restaurants n'ont pas été transformés en Burger King mais cohabitent aimablement. Quick est bien plus dynamique qu'en France et propose même en ce moment un Burger à la bière belge. De quoi attirer les français nostalgiques de la marque.