• Tom

Une chaine de ''poulet'' frit d'un tout nouveau genre fait sensation au Texas



Le marché américain du poulet frit représente des dizaines de milliards de dollars et ne cesse de croitre au fil des années. KFC, Popeye's et Chick-fill-A se partagent le gros du gâteau en ouvrant des restaurants à tour de bras. Pour répondre à leur demande, toute l'industrie agro-alimentaire se retrouve sous tension et doit trouver des solutions pour fournir ces mastodontes en poulet pas toujours fermier.

La production intensive de volaille commence à poser problème auprès de l'opinion publique mondiale. Un grand nombre d'activistes et de chercheurs dénoncent la maltraitance animale et la qualité des plats servis gonflés aux hormones. En parallèle, le nombre de vegan explose et voit d'un très mauvais oeil les chaines de fast-food.

Le nouvelle génération de restaurateurs se devait donc de réagir en répondant aux enjeux écologiques et en créant de nouveaux business model rentables. Qui de mieux qu'un texan pour créer la nouvelle franchise capable de faire trembler le monde de la junk food!




Lucas Bradbury, vegan pure souche, s'est donné pour mission de remplacer les chaines traditionnelles de poulet frit. Il a lancé Project Pollo au Texas afin de proposer une alternative aux géants du secteur. Il propose tous les incontournables du genre revisitées à la sauce végétalien. Tous les plats les plus décadents de la comfort food ont droit à cette cure de jouvence: les wings, les tenders, les burgers, les mac&cheese et même les fameuses loaded fries, ces frites habituellement noyées sous des hectolitres de cheddar et de bacon. La volaille, le porc et le fromage sont alors remplacés par des proteines végétales pour le moins alléchantes.

L'enseigne Project Pollo ne se contente pas de bouleverser les recettes des grands classiques de la cuisine américaine. En effet, le PDG met également un point d'honneur à veiller au respect du volet social dans son entreprise. Les employés sont payés au delà du salaire minimum local et une partie des revenus générés par les restaurants est redistribuée à des associations du cru. Pour l'achat d'un menu Original Project, il est ainsi reversé $1 à la protection des animaux. De quoi créer de grands sanctuaires où laisser les poulets batifoler en paix.

Le premier restaurant a été ouvert avec succès en septembre 2020 en pleine crise du COVID. Le jeune entrepreneur considère la situation comme une grande opportunité pour rebâtir un monde nouveau où la souffrance animale et l'exploitation des salariés n'auront plus lieu d'être. Une belle utopie qui permet au moins de créer de l'emploi et de sensibiliser la population sur les dérives de la restauration rapide.

Project Pollo compte déjà 5 emplacements en moins d'un an. Chacun des restaurants s'est construit sur les cendres d'un géant du fast-food à la dérive. Jack in the Box, Carl's Jr, Church's et même Subway ont abandonné des locaux en perdition à cause de la pandémie. Ils ont été immédiatement rachetés par le nouveau magnat du poulet sans poulet. Une dizaine d' ouvertures est déjà programmée. Un nouveau restaurant chaque mois est prévu pour cette année!

Lucas Bradbury vante les mérites de l'alimentation vegan en mettant en avant le goût délicieux de ses produits et leur accessibilité en terme de prix. Evidemment, il loue aussi les effets positifs de sa cuisine sur l'environnement car elle laisse une emprunte carbone beaucoup plus faible que celle de ses concurrents.

L'enseigne compte atteindre les 100 points de vente en 2024 et prendre la place de Chick-fill-A en 2030. Les ténors du fried chicken ne devraient pas rester longtemps les bras croisés. Ils préparent déjà le monde de demain en introduisant petit à petit des proteines végétales dans leur menu et ils n'hésiteront pas à dévier plus sérieusement de leur toute dés que la demande sera suffisamment satisfaisante.




156 views0 comments